Profilage racial : à quand un recours collectif ?

Il a beaucoup été question de profilage racial depuis le décès du jeune Fredy Villanueva. Si le SPVM a changé son discours, la volonté de passer de la parole aux actes semble toujours faire défaut. Le SPVM persiste de plus dans son refus de procéder à une collecte de données pour documenter la couleur de peau des personnes interpellées, comme le recommandait notamment la Commission des droits de la personne. Pendant ce temps, les mécanismes de plainte continuent de ne pas répondre aux attentes des victimes. Ne serait-il pas temps de s’inspirer des militants ontariens qui ont déposés des recours collectifs pour dénoncer le fléau du profilage racial ?

Pour télécharger la version imprimable »»

Rapport Villanueva : ce que le coroner ne dit pas

S’il y a du bon et du mauvais dans le rapport du coroner André Perreault sur les causes et circonstances du décès de Fredy Villanueva, nous ne pouvons cependant accepter que le coroner mette des gants blancs pour critiquer le comportement de l’agent Jean-Loup Lapointe tout en portant des gants de boxe pour adresser des reproches aux victimes. Il faut dire les vraies affaires : Jean-Loup Lapointe n’avait aucun droit de tuer Fredy Villanueva; il devrait être puni très sévèrement pour cela et c’est un scandale que cela n’ait pas encore été fait !

Deux policiers coupables d’avoir profané le mémorial de Fredy Villanueva

Les agents Mathieu Chartrand-Côté et Yan Dextradeur du Service de police de la ville de Montréal ne se sont pas comportés de façon à maintenir la confiance que requiert leur fonction lorsque l’un d’eux a arraché des affiches apposées sur l’arbre faisant office de mémorial à Fredy Villanueva, en juillet 2010. Telle est la conclusion à laquelle en est arrivée le Comité de déontologie policière.

L’insoutenable nonchalance du ministère de la police

Peu de gens savent que la Loi sur la police accorde au ministre de la Sécurité publique du Québec des pouvoirs importants à l’égard des corps policiers québécois, notamment celui de tenir une enquête sur un corps de police. Cependant, des démarches effectuées en vertu de la loi d’accès à l’information ont révélées que la sous-utilisation de ces pouvoirs par le ministre est elle-même sous-documentée par le ministère.

Pages